Revue de presse | 1 January 2009

Abricots : usage abusif de la marque “Orangered®”

Près de la moitié des abricots analysés ne correspondaient pas à la marque Orangered® annoncée. C’est ce que révèle une enquête ciblée menée cet été.

La production européenne d’abricots est de l’ordre de 500 000 tonnes. La France récolte 160 000 tonnes soit plus de 30 % de ce total, à quasi égalité avec l’Italie. Certaines variétés dominent ce marché en raison de leur excellente qualité.

Ainsi, depuis une décennie, un abricot de qualité est commercialisé sous la marque déposée “Orangered®“. Ce fruit se classe parmi les cinq variétés les plus cultivées en France. Il doit son succès à ses qualités gustatives exceptionnelles et à une présentation attractive.

Certains opérateurs peu scrupuleux se servent de la notoriété de cette marque et de l’image de qualité qui lui est attachée pour vendre des abricots de moindre valeur gustative, en les faisant passer pour des “Orangered”. Il s’agit manifestement d’une tromperie.

Entre le 8 juin et le 11 juillet 2006, 13 directions départementales ont procédé à des vérifications portant sur le contrôle de la variété des abricots de marque “Orangered®”.

Les constatations directes ont été réalisées au stade du détail sur des lots de petites quantités d’abricots vendus, soit comme “Orangered”, soit sous des variétés autres que celles portées sur les étiquetages.

Sur les 25 prélèvements d’abricots “Orangered” analysés, 12 se sont révélés non conformes. Par ailleurs, 2 prélèvements d’abricots “Tomcot” et “Rouge du Roussillon”, analysés dans le cadre de l’enquête, ne correspondaient pas non plus à la variété annoncée. Au total, 14 prélèvements sur 27, soit 52%, étaient donc non-conformes (En 2005 et 2004, les taux de non conformité étaient respectivement de 77% et 70,6%).

11 procès-verbaux de délit pour usage abusif de la marque “Orangered®” ont été établis par les directions départementales.

Ce bilan contentieux est complété par 4 procès-verbaux de contraventions et par 1 rappel de réglementation.

Les premières décisions de justice prises dans ce domaine conduisent toutes à condamnation. L’enquête menée par la DGCCRF impose donc aux opérateurs la mise en œuvre d’un autocontrôle strict et d’une traçabilité sans faille, démarches qui doivent servir d’exemple à la filière fruits et légumes pour la commercialisation d’autres produits.

Le Portail de l’Economie et des Finances – http://www.economie.gouv.fr/dgccrf/Abricots-usage-abusif-de-la-marque-Orangered-

 01/01/2009